21/02/2020
query_builder5 min de lecture
CMT

Des Startups françaises pour les CES 2020 de Las Vegas

300 : c’est le nombre de vaillantes startups présentes sous le blason du coq rose de la French Tech au CES 2020. Elles étaient pourtant plus de 400 l’an dernier, mais au vu des résultats peu satisfaisants et des coûts exorbitants (10 000€ minimum pour l’ensemble du voyage), il a été décidé de mieux les sélectionner. Qualité plutôt que quantité sonne donc comme le mot d’ordre pour la France au CES 2020, qui a fait cette année un effort d’harmonisation de ses startups (logos, design, par région).

Lors de mon passage au CES, j’ai eu la chance de pouvoir discuter avec plusieurs d’entre elles. Ma première question s’est orientée sur le processus qu’elles avaient dû suivre afin de se frayer une place parmi le gratin de l’écosystème tech français. Ensuite, je leur ai demandé ce qu’elles attendaient de ce gigantesque salon.

C’est ainsi que j’ai d’abord discuté avec Adrien Rampon de l’entreprise Whympr. Ce Business Developer , originaire de Chamonix, a créé une application facilitant les sorties en montagne. Il m’a expliqué qu’ils espéraient, grâce au CES, aussi bien acquérir en visibilité que de trouver de potentiels partenariats pour le marché américain. En effet, Adrien affirme : "aujourd’hui, on prend la température, demain on force les portes”. ​Cette jeune entreprise propose à une communauté de passionnés des données exclusives de météo en montagne autant que différents parcours, y compris hors ligne. Son objectif est donc de s’implanter aux Etats-Unis.

Abondant en ce sens, Sandrine Murcia la fondatrice de Cosmian, startup incubée au Village By CA, s’étonne : “C'est fou qu’il faille qu’on vienne ici pour rencontrer des français !”. Sa solution logicielle de privacy by design, qui vise à crypter les data afin de pouvoir les partager en toute conformité et sécurité, pourrait bien décoller grâce à tous les CEO, CMO, CTO ou autres dirigeants Français qui défilent sur son stand pour échanger.

Le CES offre ainsi de nombreuses opportunités à ces jeunes pousses : acquérir en visibilité, faire connaître un nouveau produit, trouver des partenariats intéressants, échanger avec des experts et des dirigeants français et internationaux, networker lors des soirées organisées, potentiellement vendre à des acheteurs intéressés, ou encore s’implanter sur le marché américain.

Le constat est similaire à l’étage, où les startups un peu plus développées tiennent leurs stands, à quelques différences près :

Digitsole, par exemple, le leader sur les chaussures et semelles connectées me raconte à travers Malik Issolah : “Cela fait 5 années que nous venons au CES, d’abord grâce à la French Tech, aujourd’hui nous venons seuls. Il faut être là quand on est leader d’une technologie”. Présente dans une vingtaine de pays, avec des bureaux à Nancy, Shenzhen et Palo Alto, cette entreprise prometteuse est donc aussi présente au CES pour ne pas perdre pied face à ses concurrents.

Dans la même optique, le groupe Legrand, dont la filiale Netatmo propose le produit “Smart Lock” particulièrement encensé par The Verge, explique « le CES nous a permis de rencontrer les GAFA ce qui s’avère quasi-impossible au dehors ».

Mais, comment ces entreprises sont-elles venues ?

Souvent, c’est grâce à l’aide financière d’un incubateur/accélérateur ou grâce à une région. Après un processus de sélection plus ou moins facile, certaines ont la chance de ne devoir investir qu’une partie des frais nécessaires. Dans certains cas, c’est un grand groupe qui est à l’origine de leur venue. Enfin, ce peut être aussi simplement grâce à un chiffre d’affaires suffisant et des opportunités prometteuses que certaines entreprises se permettent de débourser les quelques milliers d’euros nécessaires à un potentiel décollage.

Quant à la sélection et au filtrage par le CES de certaines entreprises, cela ne semble pas être un sujet particulièrement problématique au vu de certains stands (produits non finis, design général peu développé, présentation inaboutie) et comme l’illustre l’exemple de la smart potato. (Pour démontrer l'absurdité de certaines innovations présentées comme "disruptives" au CES de Las Vegas, un entrepreneur français, Nicolas Baldeck, a réussi à obtenir un stand pour y exposer Potato, la première "patate intelligente").

C’est donc un constat encourageant pour l’écosystème tech français à Las Vegas. 3ème délégation mondiale, après les Etats-Unis et la Chine, la France est une figure de proue de l’entrepreneuriat mondial.

Quelques réserves cependant, d’abord dans la mesure où toutes les innovations Françaises présentes ne montrent pas des caractéristiques disruptives ou technologiques hors du commun, à la différence d’autres délégations comme Israël ou Taïwan. Seconde réserve ensuite, due au plafond de verre que rencontrent les startups françaises quand elles cherchent à réellement croître via investissements. On peut citer ici en exemple le cas d’école Dailymotion/Youtube, ou encore l’exemple récent de la startup de cybersécurité Vade Secure qui, faute d’investisseurs français ou européens, est allée chercher ses capitaux à l’étranger pour grandir.
Vous avez aimé ?
Partagez avec votre réseau
favorite4
favorite4