29/07/2020
query_builder5 min de lecture
Agile

L’apport de la programmation neuro-linguistique à la facilitation agile

Mon rôle de facilitatrice agile

Depuis 3 ans, mon rôle de facilitatrice consiste à accompagner les équipes d’un projet afin qu’ils atteignent leurs objectifs dans un contexte de transformation agile, plus précisément dans le cadre SCRUM.

De mon point de vue, ce rôle nécessite :

  • d'être bon communicant pour transmettre les bonnes pratiques et se faire comprendre des équipes ;

  • de l’humilité ;

  • une grande capacité d’adaptation, afin de faciliter au quotidien le travail de l’équipe dans ce cadre méthodologique.




J’ai découvert la PNL (programmation neuro-linguistique) alors que je cherchais à approfondir mes connaissances sur les outils de communication et d’accompagnement au changement individuel et collectif qui pouvaient m’être utile en tant que facilitatrice.

Qu’est-ce que la PNL ?


John Grinder et Richard Blander s’intéressent, dans les années 70, à la modélisation des modèles comportementaux et posent ainsi les fondations de la Programmation neuro linguistique connue et enseignée de nos jours.

Ce modèle se propose de décrire comment fonctionne un système humain (une entreprise, une famille, une personne) en s’intéressant à son langage.

C’est en effet, à travers le langage, que nous véhiculons notre modèle du monde aux autres.

Le contenu et la structure de ce langage sont des programmes que nous avons appris et automatisés à travers nos expériences, notre culture et nos sens.

Ils sont ainsi révélateurs de notre pensée.

Par la description du langage, la PNL se propose de mieux comprendre notre système de pensée, et nous donne des clés pour le modifier dans certaines situations quand celui-ci nous limite.


Les outils de la PNL


La PNL est un modèle proposant plusieurs niveaux de certification (du niveau technicien au niveau coach) et une multitude d’outils permettant d’accompagner individuellement mais de mon point de vue également collectivement.

En tant que certifiée PNL niveau technicien, j’ai eu l’opportunité de découvrir ces outils :

  • Le recadrage

  • La modification des submodalités

  • Les positions de perception

  • Le Milton Modèle

  • Le Méta Modèle

  • L’ancrage

  • L’association/la dissociation

  • La détermination d’objectifs

  • Le générateur de comportement nouveau


Mon rôle de facilitatrice agile avec la PNL


J’ai utilisé, pour ma part, un outil qui peut se révéler très utile au démarrage d’une équipe agile : les niveaux logiques.

Les niveaux logiques est, à l’origine, un outil qui permet de classer par niveau les informations que notre cerveau recueille et sont révélatrices de notre processus de pensée.

Les 6 niveaux logiques s’organisent ainsi :



  • l’environnement (la base)

  • le comportement (ce que nous faisons, notre activité)

  • les capacités (nos compétences)

  • les croyances et les valeurs (nos motivations, pourquoi nous agissons)

  • l’identité (Qui nous sommes ?)

  • les niveaux d’appartenance (notre idéal, notre vision)


Pour commencer, chaque membre de l’équipe donne sa description personnelle de ce qu’il est ou fait à chaque niveau.

Cela permet à chacun de mieux se connaitre et de mieux connaitre l’autre, la vision de son rôle, son travail, ses collègues au sein de l’équipe.

Dans un deuxième temps, il s’agit de partir de cette base personnelle pour voir comment travailler mieux ensemble en tant qu’équipe, non pas en dissolvant les différences, mais en les connaissant pour afin de mieux les vivre.

Les points communs sont aussi relevés pour trouver les valeurs et la vision de l’équipe dans l’atteinte de ses objectifs.

Il est possible d’aller plus loin en travaillant sur les représentations d’un membre de l’équipe à chacun des niveaux quand celles-ci sont limitantes.

Il s’agira ici de l’accompagner individuellement afin de comprendre cette représentation et de l’aider à la dépasser.

Dans un deuxième cas, lors de divergences d’opinion ou de conflits, le rôle de facilitateur peut être d’aider l’équipe à échanger plus sereinement, en favorisant un espace de communication.

Pour cela la PNL, propose « le processus du facilitateur ».

Tout d’abord, il s’agit de poser le cadre, en confirmant auprès des deux parties l’objet du désaccord, puis de demander et d’obtenir leur accord pour les accompagner vers la résolution du conflit.

L’échange peut ainsi commencer.

Il sera nécessaire que chacun puisse présenter à l’autre :

  • une intention positive expliquant sa position

  • ses objectifs et ce qui est important pour lui

  • son but et ce que son opinion/position lui apportera d’encore plus important (en termes de vision, de valeurs)


Jusqu’à arriver à un cadre commun, où les deux parties trouvent finalement un point d’accord sur une valeur, un idéal commun à atteindre.

Pour aller plus loin..


D’autres approches proposent également des outils de communication et d’accompagnement au changement tels que l’approche systémique de PALO ALTO, qui s’intéresse aux difficultés que peut rencontrer un individu dans ses interactions avec autrui et l’amener à trouver des solutions pour les résoudre.

Nous sommes évidemment à la frontière de l’accompagnement thérapeutique et, de mon point de vue, le facilitateur n’a pas vocation à devenir le thérapeute d’une équipe en entreprise.

Cependant ces approches ouvrent le champ de la créativité dans de nombreuses situations grâce à des outils qui se révèlent utiles et efficaces dans l’accompagnement des personnes et des équipes agiles en entreprise.

Ouvrages sur la PNL pour en savoir plus


Derrière la magie – La programmation neuro-linguistique – Editions – Intereditions

Comprendre et pratiquer la PNL dans votre vie professionnelle et personnelle – Editions Intereditions

 
Vous avez aimé ?
Partagez avec votre réseau
favorite0
favorite0